L’Angleterre est matérialiste

Morceau choisi

Quoi qu’elle fasse ou dise, l’Angleterre est matérialiste, à son insu peut-être. Elle a des prétentions religieuses et morales, d’où la spiritualité divine, d’où l’âme catholique est absente, et dont la grâce fécondante ne sera remplacée par aucune hypocrisie, quelque bien jouée qu’elle soit. Elle possède au plus haut degré cette science de l’existence qui bonifie les moindres parcelles de la matérialité, qui fait que votre pantoufle est la plus exquise pantoufle du monde, qui donne à votre linge une saveur indicible, qui double de cèdre et parfume les commodes ; qui verse à l’heure dite un thé suave, savamment déplié, qui bannit la poussière, cloue des tapis depuis la première marche jusque dans les derniers replis de la maison, brosse les murs des caves, polit le marteau de la porte, assouplit les ressorts du carrosse, qui fait de la matière une pulpe nourrissante et cotonneuse, brillante et propre au sein de laquelle l’âme expire sous la jouissance, qui produit l’affreuse monotonie du bien-être, donne une vie sans opposition dénuée de spontanéité et qui pour tout dire vous machinise.

Balzac- Le Lys dans la Vallée

 

Cours de mythologie 1ère année-Leçon 1

Un cadeau du ciel

Un jour, Prométhée le Titan vola le feu à Héphaïstos, l’illustre boiteux. Aussitôt, il en fit cadeau aux hommes et pour faire bonne mesure, il y ajouta les Arts. Dès lors, les humains se prirent pour les égaux des dieux. Ils en vinrent même à menacer l’équilibre du Cosmos.

Ceci déclencha la fureur de Zeus le Cronide.

Pour punir Prométhée, il le fit attacher à un rocher du Mont Caucase par de lourdes chaines, et jura sur le Styx qu’il ne l’en détacherait jamais.

Le premier matin, l’Aigle du Caucase fondit sur Prométhée, lui ouvrit le ventre avec ses serres et lui dévora le foie. Durant cette première journée de son supplice, Prométhée souffrit beaucoup mais, pendant la nuit, son foie  se reconstitua et son ventre se referma. Et quand l’Aigle revint avec le matin, le supplice recommença. Il devait recommencer ainsi chaque jour et pour l’éternité à cause du serment sur le fleuve des Enfers qu’avait prêté Celui qui commande aux autres dieux.

Pourtant, Héraclès, qui un beau jour passait par là, détacha Prométhée.

Et Zeus, qui éprouvait quelques remords, le laissa faire. De même, Il ne punit pas le grand Costaud, car après tout, c’était aussi Son fils.

Alors, afin de ne pas trahir son serment sur le Styx, Il prit un anneau de la chaine, y enchâssa un morceau du rocher, et passa l’objet au doigt de Prométhée. Ainsi Prométhée serait-il toujours attaché à son rocher et Zeus fidèle à son serment.

C’est divinement subtil, non ?

En plus, Zeus venait d’inventer la bague.

Contrôle des connaissances :
Sans consulter vos notes ni Wikipedia répondre aux trois questions suivantes :
 
1- Le  Styx est 
A) un des fils de Zeus
B) un fleuve
C) un produit nettoyant 
 
2- Qui est Héphaistos ?
A) un marin grec 
B) un pilote de ligne 
C) le dieu des volcans 
 
3- De quoi était fait le petit déjeuner de l’aigle du Caucase ?
A) du foie de Prométhée 
B) de deux œufs au bacon 
C) ou bien du foie de Prométhée 

 

Cours de mythologie – 1ère année – Présentation

Il y a une cinquantaine d’années, je m’étais passionné pour l’Iliade, puis, un peu plus tard et un peu moins, pour l’Odyssée. A cette occasion, j’avais découvert quelques uns des Dieux grecs, leurs dons, leurs petits défauts, leurs jalousies et leur incommensurable susceptibilité. J’avais même acheté quelques ouvrages spécialisés sur le sujet, sans les lire vraiment. Et puis, Vialatte, Chandler, Hougron, Merle, Shakespeare, Proust, Flaubert, Roth, Maupassant, et autres Houellebecq aidant, j’ai négligé ce gigantesqque pan de la littérature et l’aspect philosophique de ces légendes ne m’était pas encore apparu.

Ce n’est que récemment, après avoir redécouvert cet énorme bouquin que sont « Les Mythes Grecs » (© Robert Graves-1958) et après avoir écouté les vingt passionnantes conférences que Luc Ferry a consacré à la mythologie, que je me suis à nouveau intéressé aux petites et grandes histoires des dieux de la Grèce et d’ailleurs.

Je vais donc tenter dans les jours qui viennent de vous instruire de ces histoires essentielles en publiant ici-même un Cours de Mythologie pour les élèves de 1ère année – que vous êtes sans doute. Le traitement de ces histoires pourra souvent vous paraître bizarre, mais sachez cependant que l’esprit, sinon la lettre, de chaque légende a été respecté. Pour le moment, ce cours comporte huit leçons dont les titres et les sujets sont les suivants :

Leçon n°1   Un cadeau du ciel                           Prométhée
Leçon n°2   La fin des haricots                          Pandora
Leçon n°3   Sortie de boîte                                 Epiméthée
Leçon n°4   Œdipe, c’est complexe                 Œdipe
Leçon n°5   Le Pourquoi du Comment          La création du monde
Leçon n°6   Orphée entre en scène                 La mort d’Eurydice
Leçon n°7   Orphée, la fin…                               La mort d’Orphée
Leçon n°8   Salade grecque                               Térée, homme tranquille

Chaque leçon sera suivie d’un interrogatoire questionnaire de contrôle des connaissances.

La première séance aura lieu demain 21 août  à partir de 7h07.

Soyez à l’heure !